Étudier dans le cadre franco-allemand (2)

Écrire un mémoire de master dans un contexte franco-allemand

Dans une précédente publication, je vous présentais mon parcours dans le cursus intégré Dijon-Mayence. Aujourd’hui, dans ce nouveau billet, je reviens vers vous pour vous montrer les enjeux de l’écriture d’un mémoire de master dans un contexte franco-allemand. Dans cette perspective, je souhaite d’une part vous présenter les particularités du mémoire de M1 et celui du mémoire de master (M2) dans le cadre du cursus intégré Dijon-Mayence et d’autre part vous partager la façon dont j’ai trouvé mon sujet de recherche et par quels moyens j’ai composé mon corpus des sources. Pour cela je vais me baser sur ma propre expérience et prendre le sujet de mon mémoire de master comme exemple (La diffusion d’une ville „modèle“ ? Représentations de la ville de Versailles dans la littérature de voyage allemande des XVIIe et XVIIIe siècles).

Avant de vous parler de mon mémoire de master, voici quelques modalités générales qui concernent le mémoire dans le cadre du cursus intégré Dijon-Mayence avec également une petite liste des différences entre les deux systèmes universitaires :

Mémoire de M1 (Hausarbeit)

Comme je l’ai précisé dans le billet précédent : en Allemagne nous n’écrivons pas un mémoire de M1, mais un mémoire de licence (à la fin de la troisième année) et un seul mémoire de master (à la fin de la deuxième année). Dans le cadre du cursus intégré Dijon-Mayence, il faut rédiger un texte qui sert d’équivalent au mémoire de M1 qui doit

  • être dirigé par un professeur à Mayence
  • comprendre l’état de la recherche du sujet de mémoire de M2 (en histoire)
  • avoir une longueur d’environ 30 à 50 pages
  • être rédigé en allemand
  • avoir été validé, mais la note ne compte pas (la note du mémoire de master final compte dans le module pour les deux années)

À noter : il faut bien choisir le directeur de mémoire de master et entrer en contact avec lui dès la première année (difficile pour les étudiants qui n’ont pas étudié dans le cadre du cursus intégré en licence et pour ceux qui partent au 3ème semestre au Canada ou en Italie, mais faisable). Pour cela, il existe une liste des chercheurs dijonnais et leurs spécialités. Celle-ci est communiqué aux étudiants.

Mémoire de Master (M2)
  • possibilité d’être co-dirigé de Mayence et de Dijon (pour ma part, j’ai gardé mon professeur de Mayence qui a dirigé mon mémoire de M1 comme co-directeur pour le “vrai” Mémoire de Master) ; cela n’est pas obligatoire mais c’est un atout
  • langue de rédaction : français
  • pages limitées à 100 en histoire
    • c’est du côté allemand que le nombre de pages est fixé, du côté français c’est moins strict
    • dans mon cas, j’avais rendu 191 pages au total (139 pages de texte), mais avec l’autorisation de mon professeur allemand à qui j’ai préféré demander
Soutenance
  • soutenance a lieu à Dijon
    • soit, le professeur allemand participe par vidéoconférence
    • soit, le professeur allemand rédige un rapport de mémoire et un deuxième professeur français participe à la soutenance
  • langue de l’oral : français
  • feuille à remplir par le professeur français avec la note de la soutenance pour qu’elle puisse être reconnue à Mayence (similaire à un PV)
Différences Mayence – Dijon
  • nombre des pages (limité en Allemagne, mais pas en France)
  • traduction des langues : les citations en anglais, français et italien ne sont généralement pas à traduire à Mayence, à Dijon il faut normalement tout traduire
    • Attention : il faut toujours se mettre d’accord avec le directeur de mémoire.
  • date fixe pour rendre le mémoire à Mayence (la rédaction du mémoire de Master doit être annoncée normalement 6 mois à l’avance, et il reste 6 mois pour le rédiger et le rendre. À Dijon ni inscription, ni date fixe, mais 2 sessions (juin / septembre).
    • Attention : en Allemagne, il faut le rendre à une date précise qui n’est pas modifiable, sauf arrêt maladie etc. 
Comment j’ai trouvé mon sujet de mémoire de Master ?

Etant donné qu’il faut rédiger un état de la recherche dès la fin de la première année de master, il faut commencer assez tôt à réfléchir à un sujet. À part l’époque que je voulais étudier (Histoire moderne, XVIe – XVIIIe siècle), je n’avais pas encore une idée précise.
Pour moi, il était important d’avoir un sujet

  • franco-allemand
  • interdisciplinaire
  • peu étudié mais d’actualité
  • qui me plaît et auquel j’ai un lien personnel

(Ces points ne sont bien sûr pas obligatoires pour le choix du sujet qui est en soi très libre)

Le stage obligatoire en France de quatre semaines que j’ai effectué auprès du Pôle Patrimoine de la Bibliothèque municipale de Versailles a été pour moi déterminant pour trouver mon sujet de mémoire.

C’est assez vite que j’ai délimité mon sujet à la ville de Versailles. Avant le début du stage, j’ai délimité mon sujet suite à une discussion avec des professeurs (à Mayence et à Marburg) et à la découverte des projets et des expositions en cours, dont en particulier les deux suivants :

C’est ainsi que j’avais trouvé avant de partir pour mon stage à Versailles mon sujet : La diffusion d’une ville « modèle » ? Les représentations de la ville de Versailles dans la littérature de voyage allemande des XVIIe et XVIIIe siècles.
Ma présence à Versailles m’a ensuite beaucoup aidée à avancer pour le mémoire de M1 (Hausarbeit) à écrire au semestre suivant. La littérature scientifique autour du sujet des voyages est immense et c’est impossible de tout lire et consulter dans le cadre d’un mémoire de master. C’est pourquoi je me suis concentrée d’abord sur la littérature à laquelle je pouvais avoir accès à l’université de Mayence (où mes recherches ont débuté), puis par le catalogue d’exposition « Visiteurs de Versailles » et les fonds de la Bibliothèque municipale de Versailles.

La composition de mon corpus des sources
Photo : Angela Göbel
Comment j’ai trouvé mes sources ?

Dans mes recherches de littérature de voyages allemands aux XVIIe et XVIIIe siècles (~ 1670-1789) mentionnant et/ou décrivant la ville de Versailles, beaucoup d’éléments ont eu une grande importance dans mes recherches

  1.  l’échange avec des chercheurs
    • je n’ai pas hésité à contacter des chercheurs et des auteurs des publications pour avoir des conseils pour mon sujet (tout le monde ne répond pas, mais rien n’empêche d‘essayer)
    • participation à des colloques / journées d’étude en tant qu’auditeur libre et aussi en tant qu’intervenant
  2. la littérature scientifique
    • également faire bien attention à la bibliographie et aux notes de bas de page
  3. la recherche en ligne
    Pour mon sujet, j’ai utilisé, en plus de Gallica, les collections et centres de recherche suivants :
Des séjours de recherche ?

Dans le cadre de mon mémoire de master, j’ai principalement utilisé de la littérature de voyage déjà imprimée et/ou numérisée et seulement peu de manuscrits qui m’ont été envoyé scannés ou transcrits. C’est pour cette raison que je n’ai pas fait un véritable séjour de recherche pour créer mon corpus des sources, à part une petite semaine où je suis revenue à Versailles pour compléter ma littérature avec les fonds de la Bibliothèque municipale de Versailles et de la Bibliothèque nationale de France et pour voir quelques documents au sujet de l’historique de la ville de Versailles aux Archives Nationales ainsi qu’aux Archives Départementales des Yvelines.
Je n’ai donc pas profité des possibilités de financement pour un séjour de recherche qui sont proposés pour les Masterants entre autres par l’Institut Historique Allemand à Paris et par le CIERA. Pour plus d’informations, je conseille de les contacter.

La rédaction du mémoire

Dans le cadre du cursus-intégré Dijon-Mayence, le mémoire de Master doit être rédigé en langue française (à l’exception des étudiants en études germaniques) et peut apporter pour des non francophones un peu plus de travail. Dans mon cas :

  • la difficulté d’écrire dans un langage scientifique et non pas familier
  • la rédaction prenait plus de temps que dans ma langue maternelle dû à la recherche des mots et au besoin d’être relu

En plus de cela, l’écriture scientifique n’est pas la même en allemand qu’en français. Si vous souhaitez apprendre plus à ce sujet de différence dans l’écriture scientifique franco-allemande, je vous conseille l’article d’Anne Baillot et de Franziska Heimburger rédigé à ce sujet (en allemand) : Anne Baillot et Franziska Heimburger, « Geschichte schreiben: Französisch als Wissenschaftssprache », Revue de l’IFHA [En ligne], HS | 2014.

.

Nous voici à la fin de ma présentation du cursus intégré Dijon-Mayence avec mon deuxième billet sur l’écriture d’un mémoire de master dans un contexte franco-allemand. J’espère qu’il vous a permis de mieux connaître les cursus intégrés. Si vous avez des questions à propos du cursus ou à propos de mon mémoire de master n’hésitez pas à m’en poser en commentaires ici ou sur mon compte Twitter (@unilot14).


Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search