Journal de thèse (1) : année de préparation

Une année de préparation de projet de thèse s’est terminée pour moi cet automne (le temps entre la fin de mon master de recherche et mon inscription en thèse d’histoire). Cette année m’a permis de travailler dans un projet franco-allemand et m’a surtout aidée à mieux définir mon sujet et ainsi mon projet de thèse, à choisir mes études de cas, à développer les axes de recherche et à me préparer à ce qui commence bientôt : ma vie en doctorat.

Initialement, je n’avais pas prévu de prendre une année pour préparer mon projet de thèse. Le choix était plutôt involontaire et dû à une offre de travail – un CDD de cinq mois – auquel je ne voulais pas renoncer. Incompatible avec une candidature pour un contrat doctoral, celui-ci m’a obligée à repousser mon inscription en doctorat d’une année. Une année plus tard je suis contente d’avoir fait ce choix, d’autant que mon travail a été prolongé, pour le développement de mon projet de thèse, mais aussi pour des raisons personnelles de santé, les grèves de train et dernièrement la crise sanitaire avec la pandémie.

Aujourd’hui, je souhaite résumer les différents aspects qui m’ont aidée à bien préparer mon projet de thèse qui s’intéresse au rôle de modèle de la ville de Versailles pour d’autres villes-résidences dans l’Europe du XVIIIe siècle. Ce billet de blog est le premier dans la catégorie „journal de thèse“ que je vise à mettre à jour avec un état d’avancement tous les six mois.

(Source : Pexels)

1/ chronologie et fiches „signalétiques“ : Une première partie de mon travail de préparation s’est concentrée sur l’établissement d’une chronologie pour mon sujet dont une avec des événements internationaux (conflits, traités de paix, etc.) et une deuxième, plus précise et concentrée sur chacune de mes études de cas et études de comparaison qui sont des villes-résidences dans l’Europe du XVIIIe siècle. Cette deuxième contient des informations propres à ces villes (dates de vie des souverains et des architectes, dates de construction, etc.). En plus de ces chronologies j’ai commencé à faire des fiches „signalétiques“ des personnes et des villes que j’étudie. Elles reprennent en partie les dates de la chronologie, mais contiennent des informations supplémentaires concernant les sources et la littérature de recherche. Celles-ci seront complétées au fur et à mesure de mes recherches.

2/ bibliographie et identification des sources : Un autre aspect qui a été nécessaire pour bien m’orienter dans mon sujet était de rassembler la bibliographie dans un logiciel de gestion (Citavi dans mon cas, mais il y a aussi d’autres comme Zotero, EndNote ou Docear) suivant les différents aspects de mon sujet. Dans cette perspective, j’ai ajouté des catégories sur les différentes thématiques, axes de recherche et études de cas qui constituent mon sujet et classé les références bibliographiques dans celle-ci.
En plus de cela j’ai commencé à m’orienter dans les différentes archives et institutions que je vais fréquenter pendant les prochaines années pour effectuer une première identification de mon corpus des sources. La pandémie ne m’a pas facilité ce travail d’identification, mais je suis contente avec ce que j’ai réussi à faire et je remercie vivement les institutions et aussi les chercheurs qui m’ont beaucoup aidée.

3/ formations : Durant cette année de préparation, j’ai aussi profité de l’occasion de participer à des workshops. D’une part le „Herbstkurs“ du DHIP et DFK et d’autre part l‘ „initiation au travail de thèse“ du CIERA. Le premier était un cours de langue et une introduction dans le monde de recherche français pour les historiens et historiens de l’art germanophones, le deuxième (comme son titre l’indique) un workshop pour discuter des enjeux qui touchent tout ce qui concerne la vie en doctorat.

4/ séjours de recherche : Initialement j’avais prévu quelques séjours de recherche en Allemagne et en Italie pour pouvoir faciliter le choix des études de cas en fonction de la qualité et disponibilité des sources. La crise sanitaire m’a empêchée de faire ces séjours et je n’ai réussi finalement à ne faire que deux petits en une semaine en Allemagne en août dernier.

5/ échange et colloques : Pour la préparation de mon projet de thèse j’ai également échangé avec des doctorants et des chercheurs. Cela m’a beaucoup aidée d’avoir des conseils, des retours et aussi de l’aide dans ce que je souhaite faire ainsi que pour le choix de mes études de cas. Initialement j’avais prévu une intervention dans une journée d’étude, mais la crise sanitaire a contraint à l’annulation de cet événement, ce qui m’a attristée car j’étais pleine de joie de pouvoir échanger avec d’autres chercheurs travaillant sur un sujet proche du mien. De plus, j’ai profité d’aller en novembre dernier à Utrecht aux Pays-Bas pour voir un colloque en lien avec mon sujet de thèse qui m’intéressait fortement.

6/ préparation des publications : Dans mon cas, mon projet de thèse donne suite à mon sujet de mémoire de Master. J’avais alors pris la décision d’en faire une proposition d’article à partir des résultats obtenus lors des recherches pour mon mémoire. J’ai également eu la chance que la journée d’étude annulée en mars dernier donne quand même lieu à une publication des actes de colloque.

7/ rédaction du projet de thèse : C’est dans la deuxième moitié de cette année de préparation que j’ai commencé à rédiger un texte qui présente mon projet avec problématique, études de cas, axes de recherche, hypothèses, calendrier prévisionnel, sources et bibliographie, en accord avec mes deux directeurs de thèse. Il s’agissait d’un texte provisoire et long d’une dizaine de pages, mais qui m’a servi comme brouillon pour en tirer les descriptions du projet de thèse que j’ai dû ensuite adapter en fonction de chaque candidature (contrat doctoral, bourses de thèse, bourses de mobilité).

8/ recherche des financements de thèse : Durant cette année de préparation j’ai passé également beaucoup de temps à me renseigner sur les différentes possibilités de financement (le workshop au CIERA m’avait aussi beaucoup aidé pour cela). Pourtant, il faut souvent déjà être inscrit en doctorat pour pouvoir candidater à ces financements. C’est pourquoi je n’ai quasiment pas pu envoyer de candidatures.

À la fin de cette année de préparation, je me sens beaucoup plus prête et préparée que l’an dernier pour m’inscrire en doctorat et commencer de travailler pour ma thèse. Bien que la situation actuelle ne facilite pas beaucoup le début en doctorat, je suis néanmoins pleine de motivation pour débuter ce travail. Je vous retrouve donc dans six mois pour faire une rétrospective de mes premiers mois en doctorat.


Das könnte dich auch interessieren …

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search